Vous êtes ici

Les services publics se simplifient et innovent

4420
Design à la BnF : 20 nouveaux services imaginés par les étudiants de l’ENSCI
30.11.16
Design à la BnF : 20 nouveaux services imaginés par les étudiants de l’ENSCI

Pendant 4 mois, en collaboration avec le SGMAP, 20 étudiants de l’Ecole nationale supérieure de création industrielle (ENSCI-Les Ateliers) ont planché sur le thème : « Venir à la BnF », ou comment améliorer l’expérience des visiteurs à leur arrivée sur le site François-Mitterrand. Découvrez les nouveaux services qu’ils ont imaginés pour les utilisateurs, grâce au design des politiques publiques.

Revisiter les usages des bibliothèques par le design de politiques publiques

Le défi lancé par la Bibliothèque nationale de France (BnF) était de taille : imaginer la bibliothèque de demain. A l’ère du numérique et des collections numérisées, pourquoi se déplace-t-on à la BnF ? Comment améliorer l’expérience des visiteurs ? Quels nouveaux services leur offrir sur place ?

Pour explorer de nouvelles pistes, la BnF a fait appel au secrétariat général pour la modernisation de l’action publique (SGMAP) qui a alors proposé une approche fondée sur le design des politiques publiques - ou design de services - une méthode créative centrée sur l’utilisateur. Le chantier a été confié à vingt étudiants de l’ENSCI, sous la forme d’un « atelier de projet », intégré à leur cursus, dirigé par les designers Stéphane Villard et Patrick de Glo de Besses.

> Lire aussi : Design des politiques publiques : revisiter les usages des bibliothèques
 

Le design des politiques publiques, qu’est-ce que c’est ?

Le design des politiques publiques est une approche créative de conception et de redéfinition de services, orientée sur l’utilisateur. Loin de se cantonner à la forme et à l’image comme son nom pourrait le laisser penser, le design se focalise sur les besoins des usagers finaux et l’amélioration de leur expérience. Lorsqu’il est présent tout au long du projet, le design permet d’être source d’innovation en imaginant de nouvelles solutions, en proposant des scénarios prospectifs, et surtout en prototypant ces nouveaux services – c’est-à-dire en rendant les innovations tangibles.

Vous souhaitez obtenir plus d’informations sur le design des politiques publiques ? Vous pouvez contacter Benoît Landau, chef de projet Innovation au SGMAP.

 

De l’immersion au prototypage

Les étudiants ont eu quatre mois, de mars à juin 2016, pour concevoir leur projet. Après une phase d’immersion sur le site François-Mitterrand, pendant laquelle ils ont pu observer les lieux et les pratiques et échanger avec les agents et les usagers, les étudiants ont défini puis enrichi leur projet en lien avec les équipes de la BnF.

Il en découle vingt prototypes, dont la diversité illustre la richesse de l’apport du design pour une administration. Les étudiants ont par exemple repensé la signalétique et le plan d’accès afin de faciliter l’orientation, reconfiguré l’agencement du hall d’accueil à partir d’une analyse de l’expérience concrète des visiteurs, conçu des applications mobiles tirant parti de la richesse des collections ou encore imaginé une interface permettant de créer des réseaux d’entraide et de collaboration entre utilisateurs.

Présentés aux équipes de la BnF, et à sa directrice générale Sylviane Tarsot-Gillery, ces projets serviront à envisager les prochaines évolutions et les nouveaux services de la Bibliothèque.

 

Découvrez les projets des étudiants

 

  • S’orienter à la BnF, par Thomas Guillard

En entrant à la BnF, j’ai été frappé par la difficulté à laquelle on est confronté en tant qu’usager à s’orienter, et à se repérer dans l’espace. J’ai décidé de travailler sur le plan d’accès et la signalétique. Ceux-ci dialoguent pour créer une seule identité et une meilleure compréhension.

> Voir la vidéo sur le site de la BnF
 

  • Accueillir & informer les visiteurs, par Elizabeth Hong

Desk est une proposition d’aménagement pour le hall d’accueil de la BnF. Il met en avant les missions de ce lieu : centre de recherche, bibliothèque et centre culturel, afin d’offrir un espace hospitalier à tous les visiteurs.
 

  • Travailler, rechercher, se reposer, par Jean-Baptiste Denneulin

Le projet Court-circuit permet de couper court au parcours chronophage et propose à l’usager un véritable choix de parcours et choix de position position au cours de sa journée.

> Voir la vidéo sur le site de la BnF
 

  • La fabrikk grafik, ateliers de production graphique, par Nora Dupont

Je propose d’introduire un espace de production graphique, à la BnF, basé sur les richesses iconographiques quelle contient. Cet espace est en libre-accès, et on peut y produire fanzine, papier peint, stop-motion, ou motifs sur textile. La fabrikk grafik permet de s’approprier par la production les contenus de la BnF et de les rendre plus visibles.
 

  • Les collections s’animent, par Juliette Printemps

Mon projet a pour vocation de donner une seconde dimension aux collections de la BnF qui, aujourd’hui, prennent essentiellement vie dans la consultation d’ouvrages écrits, par des lecteurs-chercheurs. Pop out est une application qui permet de créer des images animées prenant leurs sources dans Gallica. Les gifs ainsi générés peuvent être partagés. Aussi, Pop out crée un lien entre la pratique actuelle qu’est la communication par mails et par les réseaux sociaux, aux collections de la BnF qui elles, sont de tous les âges et de toutes les provenances.
 

  • Réseaux de collaborations entre utilisateurs, par Antonin Odin

La BnF centralise des millions de documents et de références… mais elle dispose d’une richesse incommensurable : la connaissance de ses utilisateurs. Pourtant, aucun service ne propose d’y accéder. « Le monde de la BnF » est une interface permettant de créer des réseaux entre les utilisateurs. Le service se base sur l’entraide, la coopération, et l’identification des connaissances. À l’heure de la dématérialisation de la connaissance documentaire et de son accessibilité, les bibliothèques devront centraliser leurs activités autour des savoirs de leurs utilisateurs.

> Voir la vidéo sur le site de la BnF
 

  • Cultiver le parvis, par Nicolas Duchene

Le printemps de la BnF est un événement qui utilise un des plus grand espace scénographique à ciel ouvert de la ville de Paris, pour créer un troisième palier éphémère d’intensité culturel, le toit de jardin. Il permet à la BnF de faire remonter le contenu de ses collections en le disséminant sur l’esplanade et en le faisant entrée dans le quotidien des acteurs du quartier, des curieux de passage qui sont alors invités à se cultiver à leurs insu.

> Voir la vidéo sur le site de la BnF
 

  • Les collections en concerts, Lancelot Goron

Mix est un projet qui vise à renouveler les utilisateurs de la BnF par le biais d’une programmation artistique et culturelle basée sur des partenariats. Ces partenariats ont pour but de créer des flux de public, de contenu et de logistique entre les organismes.Tous ces flux se rejoignent lors d’un événement constitué à partir de production d’artiste. Ces productions sont réalisées à partir des fonds de la BnF par le biais d’un choc des cultures, ce qui apporte un renouveau aux fonds. L’événement prendra place sur l’esplanade sous une structure en toile qui s’adapte au lieu et qui, dès la nuit tombe, se transforme en une grande surface de projection. Un événement qui rassemble artistes et spectateurs afin de mettre en valeur la BnF de par ses ressources mais aussi son lieu.
 

  • La BnF dans les médias, par Tom Formont

Balloons permet la visibilité des contenus de la BnF directement dans les médias par leur association avec l’actualité. En créant un paysage d’information autour de celle-ci, les utilisateurs accèdent à une nouvelle forme de culture au plus près de leurs centres d’intérêt.
 

  • Investigation dans les collections, par Hannah Green

Enquête est une nouvelle façon d’explorer la BnF par les parcours thématiques liés aux cultures populaires. Guidé par la réalité augmentée, c’est une expérience immersive sur place qui révèle des informations inconnues. Pour ce projet, j’ai utilisé la série "Game of thrones" comme un exemple de culture populaire, et j’ai créé une bibliographie qui pourra faciliter un parcours.
 

  • Rendre compte de l’offre culturelle, par Luca Notarfrancesco

Mon projet concerne la communication de l’offre culturelle de la BnF, c’est-à-dire les conférences, les expositions, les concerts ou encore les projections. Ce projet propose des outils pour guider l’usager à travers les événements et actualités de la bibliothèque. Plus précisément un site web, une application pour les portables, l’affichage dans l’espace et la gestion de la communication papier.

> Voir la vidéo sur le site de la BnF
 

  • Moteur de recherche, par Nikita Vidal

Holmes propose une nouvelle interface pour le moteur de recherche du catalogue général. Enrichis en contenu visuel, ses différents modes de requête permettent au lecteur d’explorer en toute mobilité les collections du Haut-de-jardin. Il re-connecte ainsi le catalogue numérique avec les documents situés physiquement en rayon.
 

  • Détendre le corps pour recharger l’esprit, par Isabelle Brissy

Durant mes recherches, j’ai découvert qu’il y’a plusieurs manières de réagir au stress et que le bien être de l’humain se constitue dans la relation entre le corps et l’esprit. Le cycle de travail et de repos montre l’importance de la détente. L’organisme humain a besoin de pauses régulièrement. Si on attend trop longtemps pour faire une pause, le temps pour se “restaurer” devient plus long aussi. Si ce mode devient une habitude, notre corps puisse dans ses réserves pour travailler et le temps pour « se restaurer » devient encore plus long. C’est pourquoi j’ai pensé à des objets pour un terrain entre détente et jeux en lien avec cette problématique, dans la BnF.
 

  • Livres pour enfants à illustrer, par Oscar Gillet

Conte & tampon est un atelier pour les enfants. Manipuler des textes sous forme de tampon et les illustrer grâce à un alphabet de tampon. La réalisation s’effectue sur un rouleau de papier, ce qui laisse libre de produire des livres, des frises, des accordéons, ou des affiches. L’atelier se veut mobile pour intervenir dans des centres publics ou privés.
 

  • Vitraux collectifs, par Dorian Roussel

La grande frexquise est un projet d’évènement visant à valoriser la variété des collections graphiques de la BnF. Au cours d’un évènement organisé, on demandera au public de coller des fragments d’images sur les baies vitrées pour composer un vitrail géant aux airs de cadavre-exquis.

> Voir la vidéo sur le site de la BnF
 

  • Espace de débat et de collaboration, par Pia-Marie Stute

À l’ère de la consultation numérique, quel est l’intérêt d’une bibliothèque comme espace physique aujourd’hui ? C’est la rencontre et l’échange. Donc, je voudrais vous présenter une plate-forme de collaboration qui permet de partager ses propres savoirs, de former une communauté, de prendre contact avec d’autres experts et, enfin, de décloisonner les spécialités. Pour y parvenir, je propose la création d’un lieu de rencontre à la BnF. Ce nouvel espace s’appelle « Hors cadre », et il comporte une réorganisation de l’espace de l’ancien « Café des Globes » pour se consacrer à la rencontre, la découverte…
 

  • Bibliographies d’expositions, par Jean-Christophe Devatine

La bibliographie, liste d’ouvrages relatifs à un domaine donné, est une compétence forte des bibliothécaires et par là de leur représentant, la BnF. C’est un travail qu’elle effectue déjà au sein de ses départements en proposant des bibliographies sur différents sujets qu’elle distribue sur internet et dans ses salles de lectures. J’imagine donc mettre en valeur cette compétence en créant l’espace bibliographique. Il s’agirait d’un espace sous forme de mobilier présent à la fin d’exposition dans des institutions partenaires, présentant une sélection d’ouvrages en rapport avec leur thème.
 

  • Les collections ont la parole, par Flore Gaboreau

Mon projet a pour but de créer un moyen différent d’accéder aux collections de la BnF. Il prend la forme d’une banque d’enregistrements sonores, d’interprétation de la connaissance, réalisés à partir des ressources de la BnF. Les pièces sonores sont réalisées par les usagers pour les usagers. Mon service s’appelle CLAP (Culture libre non académique parlée), et se matérialise sous la forme d’une application et d’une page internet.
 

  • Underscore, par Roman Weill

Underscore_ est un moteur de recherche aléatoire basé sur les ressources en ligne de la BnF. Il a pour mission d’offrir une expérience immersive, intrigante, et diffuse. Il manipule des médias divers dans un but cognitif de tri visuel, permet un accès remis au gout du jour des archives, et une accessibilité décomplexé des contenus experts.
 

  • Échantillons de collection, par Aglaë Poisson

La BnF conserve des collections très riches et variées, pourtant elles sont absentes des espaces communs. Carto est un projet d’accumulation dans le hall d’entrée de reproductions d’oeuvres remarquables de la BnF. Ces reproductions sont des cartes qui juxtaposent un texte et une image issus de départements distincts et d’époques différentes mais qui se répondent sur le plan sémantique. Le choix de l’image et du texte à associer est fait par le personnel de la bibliothèque. Ces cartes offertes aux visiteurs sont uniques et permettent de s’approprier les fonds en les disposant dans l’espace privé. Il est possible de les envoyer par la poste ou par e-mail grâce à une page internet dédiée.

> Voir la vidéo sur le site de la BnF

4420