Vous êtes ici

La Semaine de l'innovation publique

1384
Barcamp Futurs Publics : 4 projets pour booster l’innovation publique !
30.11.16
Barcamp Futurs Publics : 4 projets pour booster l’innovation publique !

Cette année encore, les innovateurs publics ont répondu à l’appel du barcamp Futurs Publics organisé par le SGMAP  jeudi 17 novembre à la Gaité lyrique à Paris, dans le cadre de la 3e édition de la Semaine de l’innovation publique. Testée et approuvée lors de l’édition 2015, la formule du barcamp  – libre choix des sujets, autonomie, participation de tous – a rassemblé une quarantaine « d’agents innovateurs » issus de toutes les administrations. Ensemble, par groupes, ils ont exploré pendant une demi-journée des pistes d’action pour stimuler l'innovation publique. Au menu de leurs échanges : potentialités numériques, propositions audacieuses et solutions futuristes. Retour en images.

Groupe 1 : Comment transformer les relations gendarmes/usagers à l’ère du numérique ?

Pour répondre au besoin grandissant d’optimiser les interactions entre les forces de l’ordre et les usagers, les participants du 1er atelier  ont identifié 6 propositions qui s’appuient sur la force du numérique :

  • Donner aux usagers la possibilité d’effectuer les démarches auprès de leur gendarmerie sur une plateforme digitale via des supports audio et vidéo
  • Permettre aux gendarmes d’informer les usagers sur le traitement des enquêtes les concernant via des outils numériques
  • Créer une application mobile permettant aux usagers d’alerter ou de signaler des faits à la gendarmerie
  • Mettre en place des robots d’accueil, voire des hologrammes, dans les unités de gendarmerie pour optimiser l’accueil physique des usagers
  • Expérimenter les serious games pour informer les usagers, et notamment les plus jeunes, sur leur gendarmerie
  • Généraliser l’usage du « véhicule connecté » pour les gendarmes

 

Groupe 2 : Comment accompagner l’innovation dans l’Éducation nationale ?

Pour porter et mettre en œuvre des projets innovants dans l’Education nationale, le 2e groupe mise sur la collaboration entre décideurs politiques, personnel administratif et usagers porteurs de projets.

Plusieurs propositions ont été avancées par les participants :

  • Créer un incubateur au sein de l’Education nationale, où membres de l’administration et usagers seraient invités à coconstuire des projets d’innovation dont la mise en œuvre serait suivie sur le long terme
  • Dans le cadre de cet incubateur, les participants ont insisté sur la nécessité de déployer des méthodes innovantes telles que les focus groupes avec des usagers, les méthodes agiles ou encore le crowdsourcing

 

Groupe 3 : Comment accélérer l’innovation dans le secteur public grâce à des réseaux informels ?

Pourquoi créer un réseau informel d’innovateurs ? Les participants ont commencé par poser les objectifs de ce type de réseau :

  • Rompre l’isolement organisationnel, trouver du soutien et de l’inspiration auprès de ses pairs dans un climat de bienveillance
  • Changer de posture, se décentrer de ses pratiques quotidiennes
  • Partager ses expériences et s’inspirer de celles des autres, qu’elles soient positives ou négatives   

 

Pour garantir la qualité de ces réseaux informels et en faire de véritables accélérateurs d’innovation, le groupe a identifié plusieurs conditions :

  • Que les échanges puissent avoir lieu hors du cadre hiérarchique, entre participants de toute catégorie de métiers et aux compétences diverses
  • Que les sujets abordés puissent répondre à de vrais enjeux et être suivis d’une mise en application concrète
  • Que les échanges aient lieu dans un climat de convivialité et de bienveillance favorisant une expression des participants libre et sans tabou

 

Groupe 4 : Quelle école de l’innovation managériale pour former les managers publics de demain ?

L’équipe a commencé par rappeler les qualités essentielles d’un manager : une personne à l’écoute, capable de donner du sens et de la vision à son équipe, sachant se décentrer tout en suscitant l’adhésion et la confiance. Comment alors, former le manager public de demain ? Les participants ont imaginé une école de l’innovation managériale fondée sur les principes suivants :

  • Transmettre les principes du « management libéré », qui préfère l’horizontalité à la verticalité de la posture managériale et favorise l’autonomie de chacun
  • Valoriser la capacité à oser sortir du cadre
  • Intégrer dans le parcours de formation des modules « Vis ma vie » pour susciter les échanges entre les différents métiers et niveaux hiérarchiques afin de faciliter la compréhension mutuelle et l’adhésion de l’équipe

 

La communauté Futurs Publics, animée par le SGMAP, poursuit ses travaux tout au long de l’année. Des rencontres et ateliers sont régulièrement organisés pour partager les bonnes pratiques et échanger sur les expériences d’innovation dans le secteur public. Pour plus d’informations, contactez Benoît Landau.
1384